Un long chemin de fiançailles…

Quand les fiançailles durent longtemps, quelle qu’en soit la raison, de nombreuses difficultés peuvent apparaître. J’ai moi-même connu cela et je peux vous assurer que ce n’est pas un chemin facile ! Voici les quelques leçons et conseils que j’ai pu tirer de cette expérience.

Les fiançailles ne sont pas faites pour être longues

Rappelons tout d’abord cette vérité qui a parfois tendance à être oubliée 🙂 Les fiançailles ne sont pas appelées à durer ! J’avais entendu qu’elles sont faites pour être rompues, soit par un mariage, soit par une rupture si les fiancés se rendent compte qu’ils ne sont pas fait l’un pour l’autre.

Par ailleurs, précisons que ce que j’entends par fiançailles commence lorsqu’un homme et une femme se mettent en couple. Certains se fiancent devant leur famille six mois avant le mariage, mais si cela fait trois ans qu’ils sont en couple, je considère cela comme de « longues fiançailles ».

En ce qui me concerne, mes fiançailles ont duré presque 4 ans. Nous sommes sortis ensemble plusieurs mois avant de décider de nous fiancer officiellement à l’église. Pour nous, cette cérémonie n’était pas une annonce de mariage mais une bénédiction du Seigneur sur notre couple, pour nous aider à discerner sur ce chemin que nous entamions ensemble. Nous avons ensuite attendu 3 ans avant de nous marier.

Longues fiançailles = enfer ?

Honnêtement, je serais presque tentée de dire oui 🙂 Ce n’est pas un enfer au quotidien, il y a de très beaux moments, mais de manière globale, c’est une expérience difficile et exigeante. Mieux vaut le savoir avant de s’engager dans de longues fiançailles.

J’ai connu plusieurs couples qui n’étaient pas préparés à cela et l’ont très mal vécu. Le prêtre qui nous suivait nous avait d’ailleurs mis en garde à ce sujet, citant l’exemple d’un couple ayant traversé 5 années de fiançailles et qui avait failli voler en éclats sur la fin tellement le mariage se faisait attendre. Alors heureusement ce n’est pas le cas de tout le monde et certains ont la grâce de vivre de belles fiançailles qui durent plusieurs années, mais il est vrai que de façon générale, si cette période s’éternise, elle est rarement bien vécue.

Pourquoi c’est si difficile

Les fiançailles sont un état temporaire entre le célibat et le mariage. C’est un moment charnière où le couple se découvre, discerne et apprend à aimer. C’est également une phase d’ajustement où chacun fait l’expérience de ses limites, de ses blessures et de celles de l’autre. Progressivement, en cheminant vers le mariage, on devient de plus en plus « un » jusqu’au grand oui du sacrement de mariage, qui nous permet de pouvoir ensuite devenir « une seule chair ».

Cette étape des fiançailles est primordiale pour former un couple solide. A l’inverse de celles qui sont trop longues, les fiançailles trop courtes sont parfois « casse-gueule ». Le risque que l’on court est de devoir faire tout le travail une fois marié, ce qui est souvent plus compliqué à ce moment-là, alors qu’on vit ensemble et qu’on a moins d’espace pour prendre du recul sur la situation !

N’oublions pas, surtout, que les fiançailles servent à discerner si l’on est vraiment fait pour épouser l’autre ou non. Parfois, ce discernement se fait relativement facilement, mais ce n’est pas toujours le cas. Cela peut amener cette période à durer plus que prévu, ce qui n’est pas mal en soi : mieux vaut prendre le temps de mûrir cette décision si importante, que de se lancer dans l’aventure du mariage sans être très sûr de son choix. On peut toujours rompre des fiançailles, c’est même leur but, comme je le disais plus haut. En revanche, lorsqu’on s’engage dans le mariage, c’est (normalement) pour toute la vie.

Quelques tips pour survivre 🙂

A présent, passons aux choses concrètes. J’aimerais vous partager mon expérience de fiancée professionnelle (façon de parler, je suis mariée maintenant, mais 4 ans de fiançailles ça mérite un diplôme !), sachant que chaque couple est différent, mais qu’en même temps nous avons tous le même but : construire un couple qui dure.

1) Prenez le temps de vous parler en vérité

C’est vraiment important car sinon les frustrations et les incompréhensions peuvent s’accumuler de part et d’autres. Nous sommes tous les deux différents et chacun de nous peut vivre cette période de différentes manières. Il me semble donc primordial de bien communiquer, sans juger le ressenti de l’autre. Si par exemple, l’un des deux vit mal le fait de ne pas avoir de relations sexuelles jusqu’au mariage, il est essentiel de pouvoir en parler. Cela ne veut pas dire qu’il faut passer à l’acte, mais chacun doit pouvoir se sentir écouté et compris.

En ce qui nous concerne, les discussions que nous avons pu avoir en tant que fiancés ont souvent été déterminantes pour nous aider à vivre cette longue période qui a précédé notre mariage. Cela nous a permis de nous rapprocher, de nous soutenir mutuellement, et de mieux discerner. Parfois, nous passions des heures au téléphone, en chuchotant pour que nos collocs ne nous entendent pas, et cela fait encore partie de mes meilleurs souvenirs 🙂

2) Définissez clairement vos limites et tenez-y

L’une des plus grandes difficultés au sujet des fiançailles longues, c’est que souvent nous finissons par abandonner nos bonnes résolutions de départ. Si vous avez décidé d’attendre le mariage pour avoir des relations sexuelles, comme ça a été notre cas, plus les fiançailles durent et plus cela peut être compliqué de ne pas sauter le pas. C’est d’ailleurs l’une des premières raisons qui est invoquée pour éviter de s’embarquer dans des fiançailles trop longues.

Vous avez décidé de ne pas vivre ensemble avant le mariage ? Tenez-y. Vous avez établi des limites au sujet des moments où vous vous voyez ? Tenez-y. Ce n’est pas parce que les fiançailles durent longtemps que vous êtes obligés de revoir vos rêves à la baisse. N’hésitez pas à confier ces derniers au Seigneur, pour qu’Il vous aide à ne pas craquer. Vous serez d’autant plus fiers de vous le jour du mariage ! Car oui, les fiançailles longues sont un véritable challenge à relever.

Tout au long de nos fiançailles, mon mari et moi avons dû à plusieurs reprises redéfinir nos limites car, avec l’habitude, nous y faisions moins attention. Mais, loin de nous contraindre, nous l’avons vécu comme un chemin de liberté, avec des garde-fous sur la route pour nous éviter de tomber dans le fossé. Finalement, contre toute attente, ce n’est pas l’abstinence qui a été le plus difficile, mais le fait de devoir à chaque fois nous dire au-revoir lorsque nous nous quittions. Comme quoi, chaque couple est différent !

3) Acceptez que cette période soit difficile

Ce n’est pas parce que vous vivez des fiançailles compliquées que votre mariage le sera aussi ! Nos fiançailles ont été vraiment dures à vivre, mais quand nous nous sommes mariés, nous avons eu l’impression d’avoir toujours vécu ensemble tellement la transition a été facile. C’est peut-être le cadeau des fiançailles longues ; en tout cas, c’est la preuve que cette période n’est en rien une prédiction pour l’avenir.

Beaucoup de couples vivent des fiançailles difficiles, qu’elles soient longues ou non, et le fait de le savoir peut aider à dédramatiser la situation. Ce n’est pas parce que vous galérez que vous n’êtes pas fait l’un pour l’autre. Bien sûr, il faut discerner ; mais il est normal et même bon de se disputer, de traverser des moments de crise, d’avoir besoin parfois de prendre de la distance. Les fiançailles sont une phase d’ajustement, et cela passe par là.

Je vous ai déjà parlé de Chiara et Enrico Petrillo, dont l’histoire est racontée dans le livre Nous sommes nés et ne mourrons jamais plus. Eux aussi ont vécu de longues fiançailles – 6 ans. Alors qu’ils connaîtront de nombreuses souffrances, à commencer par le deuil de deux de leurs bébés et un cancer fulgurant pour Chiara, ce sont leurs fiançailles qui constitueront le moment le plus difficile de leur vie. Quand on voit la force de leur amour malgré les épreuves terribles qu’ils auront à traverser, on comprend que leurs fiançailles les ont préparés à tout cela, les ont fortifiés et affermis dans leur unité conjugale.

Alors, vous aussi, tenez bon. Certes, cette période peut être très compliquée à vivre, et toutes mes prières vont à vous qui vivez cela en ce moment. Mais vous êtes actuellement en train de poser les fondations de votre couple et de vous assurer qu’elles seront solides. Le travail que vous faites maintenant, vous le faites pour toute votre vie ! Alors oui, il y aura sûrement d’autres crises après le mariage, d’autres moments difficiles, mais vous pourrez vous appuyer sur cette période éreintante des fiançailles, en sachant que vous vous en êtes sortis, et que vous vous en sortirez encore.

4) Faites-vous aider

C’est tellement important. Faites-vous aider, faites-vous accompagner, ne restez pas tous seuls. Quand vous avez des doutes, des questions, que vous n’arrivez plus à y voir clair, il est primordial de pouvoir vous tourner vers quelqu’un de confiance, qui vous connaît et saura vous aider à discerner. Cela peut être un prêtre, une religieuse, un couple plus âgé… Quoi qu’il en soit, ne restez pas seuls. Acceptez d’avoir besoin d’aide, de ne pas être le couple parfait que vous aimeriez devenir, et n’hésitez pas à parler de vos dilemmes et des problèmes que vous rencontrez.

Sur ce, deux petits bémols. Tout d’abord, je vous déconseille de faire appel à vos parents ou à des membres de votre famille qui soient trop proches. Non pas que ceux-ci soient de mauvais conseil ; mais ils ne peuvent pas être à la fois juge et partie. Nous avons eu de nombreux conflits avec nos parents lors de nos fiançailles, alors nous savons bien de quoi nous parlons ! Pour pouvoir quitter son père et sa mère, comme nous l’enseigne la Bible (Gn 2, 24), il faut commencer à le faire avant le mariage, et cela passe par là.

Autre bémol : se faire aider ne signifie pas qu’il faut aller manger à tous les râteliers (désolée pour la vieille expression). Il est bon qu’une personne ou un couple vous accompagne, en revanche si vous multipliez les accompagnateurs, vous risquez d’avoir des avis contradictoires qui vous mettront dans la confusion plus qu’ils ne vous aideront. De même, surtout en ce qui nous concerne nous, les filles, il est primordial d’éviter de faire des confidences sur notre couple à notre super pote qui est si psychologue ou à notre cousine d’amour qui adore les potins… En-dehors des discussions avec notre accompagnateur désigné, ce qui se passe en profondeur dans le couple doit rester dans le couple. Notre confident, c’est notre fiancé(e), et personne d’autre !

5) Le plus important : mettez Dieu au centre de votre couple

Sans Lui, vous ne vous en sortirez pas. Je parle en connaissance de cause, puisque nos fiançailles ont été si catastrophiques que nous pouvons dire aujourd’hui sans exagérer que sans Dieu, nous ne nous serions jamais mariés. Nous avons eu beaucoup de bâtons dans les roues, connu de longues périodes de conflits incessants, et certains jours nous avons vraiment eu l’impression de perdre pieds. Nous ne pouvions plus nous raccrocher qu’à Dieu.

Dit comme cela, cela peut paraître un peu mièvre, mais c’est la vérité : Dieu nous a sauvés, nous a guéri de nos blessures, a vu au-delà de nos limites, et Il a cru en nous et en notre couple, quand bien même nous-mêmes n’y croyions plus. Alors, c’est le meilleur conseil que je peux vous donner aujourd’hui : mettez Dieu au centre de votre couple. Lors de votre mariage, vous allez L’épouser en plus de votre conjoint. Formez dès vos fiançailles un couple à 3, à l’image de la Trinité !

Concrètement, cela veut dire passer du temps avec le Seigneur, seul et en couple. Quand vous vous voyez, prenez l’habitude de prendre un temps de prière ensemble. Priez l’un pour l’autre, priez aux intentions de l’autre, priez pour votre discernement et pour vos futurs enfants. La prière d’un conjoint sur l’autre est si puissante aux yeux de Dieu ! Si vous voyez votre conjoint traverser une période difficile, priez pour lui, demandez de l’aide au Seigneur. Vous avez autorité sur le mal de par votre baptême, alors usez-en abondamment.

Cela n’est pas propre aux fiançailles longues ni même aux fiançailles en elles-mêmes, car c’est valable pour tous les couples. Mais si vous traversez des fiançailles qui durent longtemps, cela vous sera d’autant plus précieux pour aller jusqu’au mariage. Cette relation vivante avec Dieu sera votre carburant au quotidien ! Et lorsque vous vivrez des moments difficiles, vous pourrez pleurer ensemble, crier vers le Seigneur comme dans les Psaumes ; de même que vous vous réjouirez ensemble et que vous louerez Dieu quand les temps seront plus favorables.

N’ayez pas peur

Pour finir, comme dirait saint Jean-Paul II : n’ayez pas peur. Oui, ce sera un long chemin, mais un chemin de vie et de bonheur. Qu’il aboutisse sur un mariage ou sur une rupture, peu importe : le Seigneur est avec vous et prend soin de chacun de vous. Et n’oubliez jamais :

« Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie »
Ps 125, 5

Avatar

J'ai voulu créer ce blog quand, encore lycéenne, je me suis mise à chercher des infos sur la vision chrétienne du couple et des relations, et que je n'ai rien trouvé d'intéressant sur internet ! Aujourd'hui, quelques années ont passé, je suis mariée depuis 2019 et maman de deux petits bouts - et vous êtes sur le blog que la lycéenne que j'étais rêvait de créer :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest