Pourquoi se fiancer au début de votre relation est une bonne idée

Oui, oui, vous avez bien lu 🙂 Je sais bien que la plupart du temps, on se fiance après avoir pris la décision de se marier, et la date du mariage est généralement déjà fixée ! Mais ce n’est pas le sens originel des fiançailles. Et de plus en plus de couples cherchent à se fiancer au début de leur relation, bien avant la traditionnelle demande en mariage. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait mon mari et moi (je vous en dis plus dans la suite de l’article).

Reprenons les bases.

Les fiançailles, qu’est-ce que c’est ? Pour les uns, elles commencent avec la demande en mariage. Pour les autres, il s’agit d’une fête permettant de réunir les deux familles et d’officialiser la relation (ou d’annoncer la date du mariage). Pour d’autres encore, c’est un terme un peu vieillot qu’on utilisait autrefois mais qui n’a plus vraiment de sens aujourd’hui.

En réalité, les fiançailles désignent la période de discernement du couple vis-à-vis du mariage. Si ce discernement arrive très tôt dans la relation, voire dès le départ, vous entrez dans le temps des fiançailles à ce moment-là. Ce mot de « discernement » est très important car il est vraiment la clef des fiançailles :

« Pour les jeunes chrétiens, ce temps de fiançailles est comme un “noviciat conjugal” : de même que ceux qui se préparent au célibat consacré éprouvent leur vocation avant de s’engager, ainsi les fiancés prennent le temps du discernement avant leur mariage. »
Alex et Maud Lauriot-Prévost

Dans cette interview de 2009 pour Paris Notre-Dame, Alex et Maud Lauriot-Prévost ajoutent :

« Aimer ce n’est pas simplement avoir plaisir à être ensemble, c’est tout mettre en œuvre pour le bonheur de l’autre, et donc pour le sien. Et cela ne se décide pas à la légère, il faut du temps, du discernement puis cette part de confiance qui fait que l’on dit oui à ce projet fou. »
Alex et Maud Lauriot-Prévost

Se marier sans avoir pris ce temps de discernement que sont les fiançailles est très dangereux, d’autant plus lorsqu’on sait que le sacrement de mariage nous lie à l’autre pour toute notre vie ! C’est pour cela que les fiançailles sont si précieuses, et qu’on ne peut pas les réduire à une simple « demande en mariage ». Et la bonne nouvelle, c’est que vous allez avoir de l’aide pour discerner !

La célébration des fiançailles

Dans le rituel romain, il existe une bénédiction spéciale pour les fiancés, qui a justement pour but de les aider à avancer vers le mariage et à poser un choix ensemble : soit se marier, soit mettre un terme à la relation. On dit souvent que les fiançailles sont faites pour être rompues, en espérant que ce soit par le mariage, mais il peut bien sûr arriver que le discernement nous montre que nous ne sommes pas appelés à épouser notre fiancé(e).

Concrètement, la bénédiction des fiancés comprend une lecture de la Parole de Dieu, une prière commune, l’échange de signes de promesse entre les fiancés (cela peut être la traditionnelle bague de fiançailles, mais pas obligatoirement) suivi ou non d’une bénédiction des objets, et enfin une prière de bénédiction sur les fiancés. Il est bien sûr possible de chanter des chants, de prendre un temps de louange, de commencer par dire un chapelet tous ensemble pour confier le couple… En revanche, cette bénédiction des fiançailles ne peut pas avoir lieu pendant une messe :

« Lorsque les fiançailles sont célébrées dans l’intimité des deux familles, un des parents peut fort bien présider au rite de bénédiction. Mais, si un prêtre ou un diacre est présent, il convient alors de lui laisser la charge de présider, pourvu qu’il soit bien clair aux personnes présentes qu’il ne s’agit pas de la célébration du mariage. (…) Ce rituel peut aussi être employé au cours du temps des fiançailles lorsque les fiancés se réunissent en vue de la préparation au mariage. Mais on ne fera jamais les fiançailles ou la bénédiction spéciale des fiancés à l’intérieur d’une messe. »
Extrait du rituel romain de 1995

Les fiançailles ne sont pas un « pré-mariage »

Pour que notre discernement soit le plus lucide et éclairé possible, il faut un certain recul sur l’autre et sur la situation. C’est pour cela que la bénédiction des fiançailles n’est pas un sacrement, et que toute ressemblance avec la célébration du mariage cherche à être évitée. C’est aussi pour vous permettre de garder pleinement votre liberté vis-à-vis de l’autre, car la liberté est l’un des piliers du mariage ! Ce n’est pas parce que vous êtes fiancés que vous êtes obligés de vous marier ensuite, bien au contraire.

La bénédiction des fiançailles permet de vraiment mettre Dieu au cœur de votre couple (vous allez L’épouser en même temps que votre conjoint le jour de votre mariage, remember). C’est une bénédiction toute spéciale sur chacun de vous deux, sur votre discernement mutuel, sur votre amour. C’est un merveilleux cadeau de Dieu pour votre couple, qui vous rappelle que c’est toujours Dieu qui unit, qui vous apprend à aimer, et qu’Il tient à vous.

Alors n’hésitez pas à demander cette bénédiction, même si vous n’êtes ensemble que depuis quelques semaines ou quelques mois. Pas besoin de crier ensuite au monde que vous êtes fiancés, si cela vous semble trop « engageant » vis-à-vis de l’autre ! En revanche, plus tôt vous mettrez Dieu au centre de votre couple, mieux ce sera. Et ce sera également précieux lors des différentes épreuves et difficultés qui ont généralement lieu pendant les fiançailles :

  • Pour rester purs et attendre le mariage pour vous unir sexuellement
  • Pour conserver jusqu’au bout la liberté de vous marier ou non (mieux vaut annuler le mariage la veille que s’engager sans liberté !)
  • Pour tenir bon malgré les éventuelles pressions de l’entourage, dans un sens ou dans l’autre
  • Pour quitter vos parents et votre famille
  • Pour ne pas être aveuglés et poser un choix solide et éclairé
  • Pour ne pas avoir peur de l’engagement et de la fidélité dans la durée
  • Et bien sûr pour mieux connaître l’autre, mieux l’aimer, mieux se préparer à faire un avec lui !

Notre témoignage

Mon mari et moi avons dès le départ été clairs sur le fait que nous voulions cheminer vers le mariage. Cela ne voulait pas dire que nous allions forcément nous marier, ni que toutes nos conversations tournaient autour de ça. Mais pour nous, il était hors de question de sortir ensemble si nous savions d’avance que nous ne nous marierions pas avec l’autre.

Les premiers mois de notre relation ont été très difficiles. Nous étions très jeunes, avec des histoires personnelles très différentes – et beaucoup de différences entre nous en général. Nos familles étaient partagées à notre sujet et nous allions de conflit en conflit avec elles. Nous n’avions pas d’exemples de couples de notre âge autour de nous, et nous nous sentions perdus.

Alors que nous pensions mettre un terme à notre relation tant les difficultés étaient pesantes, nous avons décidé de nous fiancer. C’est ainsi que 7 mois après le début de notre couple, nous avons reçu par un prêtre cette bénédiction des fiançailles dont je vous parlais plus haut. J’avais tout juste 19 ans et mon mari encore 17 🤪

Nous nous marierons trois ans plus tard, et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette bénédiction n’a pas été un coup de baguette magique mettant fin aux épreuves ! Toutes nos fiançailles ont été très difficiles, longues, et même interminables à nos yeux. Mais nous sommes très lucides sur le fait que sans Dieu, notre couple aurait volé en éclats. Nous étions un échec programmé ! Le Seigneur a pris soin de notre couple comme personne, a fait grandir notre amour à chaque nouvel obstacle et nous a menés jusqu’au mariage alors que nous n’y croyions plus.

Oui, mettre le Seigneur au centre dès le début de votre couple est essentiel.

Nous en sommes la preuve vivante ! Et le fait d’être fiancés pendant tout ce temps d’épreuves nous a donné une force supplémentaire. C’était pour nous un rappel constant que Dieu voulait notre bien (bénédiction = dire du bien), qu’Il faisait partie de notre couple et que nous pouvions nous appuyer sur Lui.

Alors bien sûr, cette bénédiction des fiançailles n’est pas obligatoire. Mais je ne peux que vous encourager à la faire, et le plus tôt possible. Si vos familles ne comprennent pas le sens de votre démarche, n’hésitez pas à leur expliquer que les fiançailles ne sont pas un pré-mariage et qu’il s’agit simplement d’une bénédiction destinée à vous aider dans votre discernement ! Vous pouvez aussi en parler à un prêtre de confiance, qui saura vous accompagner et éventuellement convaincre vos chers parents (qui sait ?) 🙂

Les couples mariés qui me lisent, comment avez-vous vécu vos fiançailles ? Et vous, les célibataires ou jeunes couples entamant une relation, comment envisagez-vous de vivre cette période ? Saviez-vous qu’il existait une bénédiction spéciale pour les fiançailles ?

« Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël : “Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi Son visage, qu’Il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi Son visage, qu’Il t’apporte la paix !” Ils invoqueront ainsi Mon nom sur les fils d’Israël, et Moi, Je les bénirai. »
Nb 6, 23-27

Avatar

J'ai voulu créer ce blog quand, encore lycéenne, je me suis mise à chercher des infos sur la vision chrétienne du couple et des relations, et que je n'ai rien trouvé d'intéressant sur internet ! Aujourd'hui, quelques années ont passé, je suis mariée depuis 2019 et maman de deux petits bouts - et vous êtes sur le blog que la lycéenne que j'étais rêvait de créer :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest